Laos - Mr Lay: a Schoolteacher in Ethnic Villages

25
Sep

Laos - Mr Lay: a Schoolteacher in Ethnic Villages

        Interview with Mr Lay: a schoolteacher in the Ethnic villages of Northern Laos

 

        Mr Lay was a schoolteacher for several years in the isolated mountain villages of Northern Laos. Years later, he has returned to these villages full of memories and our local Production team had the privilege to accompany him and discover the fundamentals of his teaching methods.

        It is a meeting with a unique individual who opened for us the doors of his former schools and told us of his experience as a schoolteacher and as a man.

 

        French version is following

 

        Hello Mr Lay, can you introduce yourself?

        I’m Mr Lay, I’m 56 and I was born in the village of Ban Pak Ou about forty kilometres north of Luang Prabang. I am married to a woman from Pak Ou with whom I had 4 children, one of whom died.

 

        How did you become a teacher?

        First of all, I went to primary school between the ages of 6 and 12 in my native village of Ban Pak Ou, and then I went to Luang Prabang for one year to study teaching. A year after, I sat my exam and passed and became a schoolteacher before I turned 14. I wasn’t able to stay in my native village because of the American bombardments, and I therefore took shelter in Luang Prabang. At the age of 14, I started practising my profession as a schoolteacher and did so for 6 years.

 

          Mr Lay

 

        What did you do after this?

        I enrolled in the army as a sergeant for the Pathet Lao party for 6 years. Then I returned to my village in Ban Pak Ou, where I became a fisherman and also cultivated rice over burnt land. I got married and stayed in Ban Pak Ou until 2001 and then I decided to take up my profession again as a schoolteacher. In fact the Ban Khiu Lak Kham village chief, where the Hmong community live, asked me to come and teach there.

 

        As a schoolteacher, did you belong to the Ministry of Education?

        How were posts attributed in schools and who chose where you were to work? Yes, I belonged to the Ministry of Education, but I was the one who decided where I wanted to work, according to the village chiefs’ requests. I then went to the Hmong village of Ban Khiu Lak Kham for 2 years. After this, the Ban Lao Ye village chief – also of the Hmong community – asked for me for his school and I accepted.

 

        Did your family go with you?

        Yes, and I am glad they were with me because leaving my native village and my habits was quite hard. The Hmong village was quite isolated and only accessible via the river, away from modernity, without electricity. We were a bit lost at first.

 

        How did it go when you would arrive in an unknown village, who looked after you as village schoolteacher?

        The villagers were very welcoming. The village chief gave me a house for free: a traditional wood and bamboo house with a straw roof. All the villagers did a collection to give me food. For my salary, the Ministry for Education pays it and I started with 570,000 Kip (57 Euros) a month and later I earned as much as 860,000 Kip (86 Euros) a month.

 

           School in Ban Park Huay Lao village

 

        We are visiting a village linked to Ban Park Huay Lao, a village of the Khmu ethnic minority. But I can only see one school…

        There is in fact only one school for both villages, where Hmong and Khamuare mixed. It was built with French international aid and is made up of 3 classes of 12 to 15 children each, and there are 3 teachers. Some parents don’t send their children to school, they keep them at home for daily work: around 30 % of children don’t go to school.

 

        Are there problems because of the mix of different minorities when it comes to language and relations?

        No, not at all, in classes we teach in the national language and the two villages are next to each other and are used to cohabitate. They have similar ways of life, which does not cause disagreements between them.

 

        How does the school system work and which subjects are taught?

        Children can start school from the age of 6 to 15-16, and they learn maths, Lao, writing and reading, history and philosophy. Pupils have to get their own school stationery. Otherwise a Swedish international aid help them by giving each year food, rice (30 kg per child/year), flour (15 kg per child/year), sugar (5 kg per child/year) 3 litres of oil per child/year and 3 tins of sardine per child/year.

 

           Schoolboys' drawings

 

        After this, do the children wishing to pursue their studies have opportunities to develop?

        Pupils who do well are not likely to pursue their studies in a town as it is costly and the families cannot afford to them there. Scholarships are awarded but only for families already living in towns. The locals express their delight at meeting their former schoolteacher again.

 

        What do you feel today seeing them again?

        I am quite pleased to see everyone, but many have left to cultivate rice. I find that these villages have changed and the classrooms are not as clean as when I was teaching. Some of my former pupils are now married and have families: here people get married and have children very early. Also, many families have left the village to go and live somewhere else. Teaching was a period of my life I am very proud of, I genuinely enjoyed imparting knowledge with the children living in these isolated villages. But it is now time for me to return to Ban Pak Ou, my native village.

 

____________________________________________________________________________________________________

 

        Interview de Mr. Lay : maitre d’école dans les villages ethniques du nord du Laos

 

        Mr. Lay a été maitre d’école pendant plusieurs années dans les villages isolés des montagnes du nord du Laos. Des années plus tard, il retourne dans ces villages chargés de souvenirs, et notre équipe de Production sur place eu la chance de l’accompagner et de découvrir les principes et le fonctionnement de son enseignement.

        Rencontre avec une personne rare, qui nous ouvre les portes de ses anciennes écoles, et nous fait part de son parcours en tant que maître d’école, mais aussi en tant qu’homme.

 

        Bonjour Mr. Lay, pouvez-vous vous présenter ?

        Je suis Mr. Lay, j’ai 56 ans et suis né au village de Ban Pak Ou à une quarantaine de kilomètres au nord de Luang Prabang. Je suis marié à une fille de Pak Ou avec qui nous avons eu 4 enfants, dont un est décédé.

 

        Comment êtes vous devenu professeur ?

        J’ai tout d’abord été à l’école primaire de 6 à 12 ans dans mon village natal de Ban Pak Ou, puis je suis parti à Luang Prabang pour 1 année afin d’y apprendre le métier de maitre d’école. Un an après, j’ai passé mon examen que j’ai réussi, et je suis devenu maitre d’école à la fin de mes 13 ans. Je n’ai pas pu rester dans mon village natal à cause des bombardements des américains, je suis donc resté à l’abri à Luang Prabang. A 14 ans, j’ai commencé à y exercer mon métier de maitre d’école, et ce pendant 6 ans.

 

        Qu’avez-vous fait par la suite ?

        Je me suis engagé dans l’armée en tant que sergent pour le parti du Pathet Lao pendant 6 ans. Puis je suis retourné dans mon village à Ban Pak Ou, où je suis devenu pêcheur et où je faisais aussi de la culture de riz sur brulis. Je me suis marié et suis resté à Ban Pak Ou jusqu’en 2001, puis j’ai décidé de reprendre mon métier de maitre d’école. En fait, le chef du village de Ban Khiu Lak Kham, habité par l’ethnie Hmong, m’a demandé de venir y enseigner. En tant que maitre d’école, vous faisiez partie de l’Education Nationale.

 

        Comment se passent les affectations dans les écoles, qui décident de l’endroit où vous devez travailler ?

        Oui, je faisais partie de l’Education Nationale mais c’est moi qui décidais du lieu où exercer mon métier suivant les demandes des chefs de village. Je suis alors allé chez les Hmong au village de Ban Khiu Lak Kham pendant 2 ans. Après cela, le chef du village de Ban Lao Ye, aussi de la communauté Hmong, a fait appel à moi dans son école et j’ai accepté.

 

        Votre famille vous a-t-elle suivi ?

        Oui et heureusement que nous étions en famille car quitter mon village natal et mes habitudes a été assez difficile. Le village Hmong était très isolé et uniquement accessible par la rivière loin de tout modernisme, sans électricité. Nous étions un peu perdus au début.

 

        Comment cela se passait-il lorsque vous arriviez dans un village inconnu, qui vous prenait en charge en tant que professeur du village?

        Les villageois étaient accueillants. C’est le chef du village qui m’a attribué une maison gratuitement ; une maison traditionnelle faite de bois et de bambou avec un toit de paille. Tous les villageois ont fait des collectes pour me fournir à manger. Pour le salaire, c’est l’Education Nationale qui paie, j’ai débuté avec 570 000 Kip (57 Euros) par mois et par la suite j’ai gagné jusqu’à 860 000 Kip (86 Euros) par mois.


        Nous visitons un village, rattaché à celui de Ban Park Huay Lao : village de l’ethnie Khmu. Mais je n’y vois qu’une seule école...

        En fait il y a une seule école pour les deux villages où les Hmong et les Khamu sont mélangés. Elle a été construite par l’aide internationale française et comporte 3 classes de 12 à 15 enfants chacune, et il y a 3 professeurs. Certains parents n’envoient pas leurs enfants à l’école, ils les gardent auprès d’eux pour le travail quotidien: près de 30 % des enfants ne vont pas à l’école.

 

        Y a-t-il des problèmes en raison du mélange des différentes ethnies au niveau de la langue et des ententes ?

        Non pas du tout, en classe nous enseignons le lao qui est la langue nationale, aussi les deux villages se touchent et sont habitués à cohabiter, ils ont à peu prés le même mode de vie, ce qui ne cause pas de mésententes entre eux.

 

        Comment fonctionne le système scolaire et quelles matières sont enseignées ?

        Les enfants peuvent commencer l’école dès l’âge de 6 ans jusqu'à 15-16 ans, ils apprennent les mathématiques, le lao, l’écriture et la lecture, l’histoire et la philosophie. Les élèves doivent se procurer leurs propres fournitures scolaires. Sinon, une aide internationale suédoise les aide en leur fournissant chaque année de la nourriture, du riz (30 kg par enfant/an), de la farine (15 kg par enfant/an), du sucre (5 kg par enfant/an), 3 litres d’huile par enfant/an et 3 boites de sardine par enfant/an.

 

        Par la suite les élèves désireux de continuer les études ont-ils des perspectives d’évolution?

        Les élèves qui réussissent ont peu de chance de continuer à étudier dans une ville car cela est couteux et les familles n’ont pas les moyens de les y envoyer. Des bourses sont attribuées mais seulement pour les familles vivant déjà en ville.

 

        Les habitants expriment leur joie de revoir leur ancien maitre d’école. Que ressentez-vous aujourd’hui à leur contact ?

        Je suis assez content de revoir du monde, mais beaucoup sont partis à l’extérieur pour la culture du riz. Je trouve que ces villages ont changé et les classes ne sont pas aussi propres qu’à l’époque où j’y enseignais. Certains de mes anciens élèves sont maintenant mariés et ont une famille : ici les gens se marient et ont des enfants très tôt. Aussi beaucoup de familles sont parties du village pour aller vivre ailleurs. L’enseignement fut une période de ma vie dont je suis fier, j’ai eu beaucoup de plaisir à apporter des connaissances aux enfants vivant dans ces villages isolés. Mais le temps est venu pour moi de retourner à Ban Pak Ou, mon village natal.

Add new comment